Anecdotes

Joseph II (1765-1790)

Joseph II (1765-1790) Empereur germanique, né en 1741, il monte sur le trône à la mort de son père, François Ier de Habsbourg, mais ne règne vraiment qu’à la mort de sa mère Marie-Thérèse, impératrice d’Autriche, reine de Hongrie et de Bohême. Son règne de « despote éclairé » fut marqué par des bouleversements profonds. Ses réformes trop brutales ne furent ni comprises ni acceptées par ses peuples. Il mourut

Eugène Ysaÿe : le cancre devenu virtuose

Eugène Ysaÿe : le cancre devenu virtuose En 1886, nommé professeur au Conservatoire de Bruxelles, Eugène Ysaÿe prenait une sacrée revanche sur son passé. Il jouissait déjà d’une réputation exceptionnelle ayant largement dépassé les frontières de la Belgique. Né à Liège le 16 juillet 1858, Eugène a été élevé par un père, Nicolas, chef d’orchestre du théâtre d’opérettes liégeois. Eugène avait un frère, Joseph, avec qui il passait le plus

Les histoires futiles de Léopold II

Les histoires futiles de Léopold II Le ridicule ne tue pas Un jour que le roi s’habillait pour assister au dîner de gala donné à l’occasion des noces d’or du Grand-Duc de Bade, il essaya en vain d’enfiler son uniforme du troisième régiment de chasseurs badois, dont il était colonel honoraire. Il ne l’avait plus revêtu depuis vingt ans et, depuis lors, il avait pris pas mal de poids… Il

La « loi de malheur »

La « loi de malheur » En cette seconde partie de XIXe siècle, la grande majorité des enfants, que ce soit dans les villes ou dans les campagnes, ont très peu l’occasion de se plaindre des devoirs du week-end parce que, hormis ceux qu’en bons chrétiens ils devaient accomplir, des devoirs ils en avaient aussi peu que de jours passés en classe. Petit à petit pourtant, on va se dire qu’il faut

La jeunesse de Léopold II

La jeunesse de Léopold II Léopold II, fils aîné de Léopold Ier et de Louise-Marie d’Orléans, a épousé Marie-Henriette de Habsbourg, grande-duchesse d’Autriche et princesse de Hongrie. De ce mariage sont nés trois filles et un garçon : Louise, Stéphanie, Clémentine et Léopold. Farouche partisan de la neutralité armée, il fait de son pays une puissance économique dotée d’un important empire colonial. L’État indépendant du Congo est sa propriété personnelle

De l'herbe pour soigner Charles Quint

De l’herbe pour soigner Charles Quint En 1532, Charles Quint était tracassé par sa santé. Une crise de goutte le fit beaucoup souffrir. Dans la foulée, il fut victime d’une chute de cheval et écrit à sa sœur, Marie de Hongrie: « J’ai la jambe si échaudée qu’elle me paraît en feu. J’ai dû me purger et garder le lit pendant cinq jours. Après une longue diète, je constate que

Le renard, l'ennemi de Léopold Ier

Le renard, l’ennemi de Léopold Ier Lorsqu’il chassait en Ardenne, Léopold Ier avait en ligne de mire un ennemi : le renard. Selon un article paru en 1929 dans l’heb- domadaire “Pourquoi pas ?”, il en extermina lui-même au total deux mille huit cents! Son record en une journée: cinquante et un. Lorsqu’il poursuivait la bête, le premier roi des Belges semblait infatigable, et ce même dans les chemins enneigés.

Le "meyboom"

Le « meiboom » Pour la Confrérie des Compagnons de Saint-Laurent, dont l’origine remonte à 1311, la Plantation du Meiboom (arbre de Mai ou arbre de Joie) daterait de 1213, année où Bruxelles remporta la victoire sur Louvain. À cette époque, les Bruxellois fréquentaient assidûment les Granges (tavernes) du Marais aux Cygnes, dont la rue du Marais perpétue encore le souvenir. Ce quartier étant alors situé extra-muros, le fisc bruxellois n’avait pas

Guillaume d'Orange

Guillaume d’Orange Portrait de Guillaume Ier d’Orange Le souverain a 42 ans quand les grandes puissances européennes lui octroient la couronne du nouveau Royaume des Pays-Bas. Jo Gérard en brosse le portrait suivant : « Beau ? Franchement non. Le visage plutôt rude, les cheveux plantés drus. Un pamphlétaire irrévérencieux parlera de ses poils de sanglier. De petite taille, trapu, robuste et musclé, il ne s’abandonne ni aux plaisirs de

Les catholiques n’avaient pas de Bible...

Les catholiques n’avaient pas de Bible… « Tu aimeras ton prochain comme toi-même », un commandement sorti tout droit du Nouveau Testament. Plus spécifiquement de l’Épître aux Romains rédigée par l’apôtre Paul à l’attention de l’Église de Rome. Les spécialistes s’accordent à dire que les idées développées dans cette épître forment le fondement de la doctrine des Églises chrétiennes… Nos catholiques l’avaient peut-être oublié, à moins que le fait d’avoir