39-45

Orchestre Rouge : la centrale franco-belge de ce réseau d’espionnage russe était à Bruxelles

Nous sommes en octobre 1942, à Bruxelles, à la prison de Saint-Gilles. Après dix mois d’interrogatoires par la Gestapo, Sophie Poznanska résiste toujours : elle n’a pas livré le code de déchiffrement des messages échangés avec Moscou. Mais, à bout et craignant les prochaines tortures, elle se pend dans sa cellule.   L’Orchestre Rouge : une …

Orchestre Rouge : la centrale franco-belge de ce réseau d’espionnage russe était à Bruxelles Lire la suite »

Bruxelles : le « Faux Soir » de la résistance belge qui a humilié les nazis en 1943

Nous sommes en 1943, en Belgique, en plein cœur de la Seconde Guerre. Alors que les Allemands contrôlent la presse, des journaux clandestins soutenus par la résistance se développent çà et là. Le but est d’entretenir le moral de la population, de ridiculiser l’occupant, les collaborateurs et d’affirmer la présence et les actions de la …

Bruxelles : le « Faux Soir » de la résistance belge qui a humilié les nazis en 1943 Lire la suite »

Brûly-de-Pesche : un lieu surnaturel pour la campagne de mai 1940 ?

Brûly-de-Pesche est un petit hameau situé dans la province de Namur. Dans sa forêt coule une source que l’on dit miraculeuse : boire de son eau guérirait les maladies de la peau. Et si ce n’est pas suffisant, on y implore aussi saint Méen. Mais là n’est pas notre propos… En 1940, notre armée se battait …

Brûly-de-Pesche : un lieu surnaturel pour la campagne de mai 1940 ? Lire la suite »

Alexandre Galopin « L’ingénieur »

Alexandre Galopin « L’ingénieur » Alexandre Galopin est le genre d’homme semblant être descendu d’une planète où ce n’est pas l’homme qui a une intelligence, mais où l’intelligence s’est recouverte d’une apparence humaine. Alexandre entame des études d’ingénieur et il est diplômé brillamment en 1902. En ce début du XXe siècle, cet homme d’une intelligence supérieure …

Alexandre Galopin « L’ingénieur » Lire la suite »

Détruits “comme à la parade”

Détruits « comme à la parade » Spitfires belges stationnés à la RAF Kenley en 1942 10 mai 1940, une attaque-surprise ! Il est encore des livres pour l’écrire. Ceci est faux car l’attaché militaire belge à Berlin était en relation avec celui des Pays-Bas, qu’un officier opposé à Hitler avertissait de jour en jour …

Détruits “comme à la parade” Lire la suite »

On a les plans… mais on se fera quand même avoir

On a les plans… mais on se fera quand même avoir Panzers allemands traversant les Ardennes en 1940 Le sombre personnage qui sert de chancelier à l’Allemagne met de plus en plus l’Europe et le monde sous pression avec ses délires de grandeur. Nous, bien entendu, nous sommes toujours neutres et nous avons même déployé …

On a les plans… mais on se fera quand même avoir Lire la suite »

De l’intérêt du cours d’Histoire… et de se tenir informé

De l’intérêt du cours d’Histoire… et de se tenir informé Rapidement, Léopold ne s’est pas fait d’illusion sur les capacités de ses hommes à repousser l’ennemi. De plus, il sait que l’armée française va mal et il pense qu’elle sera bientôt battue elle aussi. Une victoire anglaise est peut-être possible mais à très long terme. …

De l’intérêt du cours d’Histoire… et de se tenir informé Lire la suite »

La Belgique résistante

Ingénieux résistants dans les gares  Dans la région liégeoise, comme ailleurs, des cheminots ou travailleurs requis aux chemins de fer s’ingénient à contrarier la responsabilité des occupants. Ainsi, à la gare de Kinkempois, les forçats obligés de dégager les voies touchées par les bombardements font-ils retarder l’exécution des travaux en se présentant sans l’outillage nécessaire, …

La Belgique résistante Lire la suite »

Un petit coup de main pour déporter, ça ne se refuse pas

En mai, au moment de l’attaque, il y a chez nous près de 100 000 juifs. Il y en a qui sont là depuis des temps immémoriaux et d’autres qui viennent d’arriver principalement d’Allemagne et d’Autriche après avoir fui le début des persécutions nazies. Près de 35 000 d’entre eux seront déportés, 29 000 ne reviendront jamais dont 5 000 enfants…

Libre, l’assassin d’Alexandre Galopin écrivait des romans policiers

Libre, l’assassin d’Alexandre Galopin écrivait des romans policiers Le 28 février 1944, il n’est pas encore 21 h quand retentit la sonnette du 30, boulevard Saint-Michel, à Bruxelles, l’hôtel particulier où vit Alexandre Galopin, gouverneur de notre Société Générale. On demande à lui parler et lorsqu’il apparaît, il est immédiatement abattu de plusieurs coups de …

Libre, l’assassin d’Alexandre Galopin écrivait des romans policiers Lire la suite »

Retour haut de page