Religion

L'être unique à plus d'un nom

L’être unique à plus d’un nom Au fond d’une allée du cimetière municipal de Court-Saint-Etienne, à un jet de pierre de l’abbaye de Villers-la-Ville, quatre sphinx de pierre veillent sur un insolite monument funéraire dont l’ordonnance évoque les vieux tombeaux hindous. C’est un kiosque carré à deux étages, surmonté d’un dôme sphérique. Ses murs, colonnes et linteaux sont couverts de symboles, d’hiéroglyphes, de citations morales ou théologales relevant des philosophies

Une spécialité belge des États dans un État qui n’existe pas

Une spécialité belge des États dans un État qui n’existe pas La Belgique, nous l’avons vu, a basé une partie de son indépendance sur le rejet du protestantisme. L’objectif fut atteint par les catholiques, mais ce n’est pas pour autant qu’ils parvinrent à faire de la Belgique une sorte de grand Vatican. Ils étaient certes importants, mais sans pour autant être absolument majoritaires. Ils avaient en face d’eux un autre

La « loi de malheur »

La « loi de malheur » En cette seconde partie de XIXe siècle, la grande majorité des enfants, que ce soit dans les villes ou dans les campagnes, ont très peu l’occasion de se plaindre des devoirs du week-end parce que, hormis ceux qu’en bons chrétiens ils devaient accomplir, des devoirs ils en avaient aussi peu que de jours passés en classe. Petit à petit pourtant, on va se dire qu’il faut

Les catholiques n’avaient pas de Bible...

Les catholiques n’avaient pas de Bible… « Tu aimeras ton prochain comme toi-même », un commandement sorti tout droit du Nouveau Testament. Plus spécifiquement de l’Épître aux Romains rédigée par l’apôtre Paul à l’attention de l’Église de Rome. Les spécialistes s’accordent à dire que les idées développées dans cette épître forment le fondement de la doctrine des Églises chrétiennes… Nos catholiques l’avaient peut-être oublié, à moins que le fait d’avoir

L'étrange confrérie de Saint Jean le décollé

On les appelle les Beubeux. En réalité, il s’agit d’apparitions insolites échappées d’un univers dantesque. C’est une procession multiséculaire au sein de laquelle des inconnus aux allures fantomatiques déambulent dans les rues de la cité de Mons. Ces hommes mystérieux ont la face entièrement voilée de noir. Ce sont des êtres étranges, des hommes sans nom qui viennent de nulle part. Les mains cachées au fond de larges manches, ils