Histoires noires

1913, nous sommes fin prêts pour…1870!

L’armée belge de 1914 manque d’un peu de tout. D’hommes, d’officiers, d’encadrement, de matériel, de cavalerie et nous ne disposons en tout que de 120 mitrailleuses. Une mobilisation faisant intervenir 15 classes de milice aurait dû être préparée. L’effort a été nul pendant 14 ans. On est neutres, n’est-ce pas ?

Un petit coup de main pour déporter, ça ne se refuse pas

En mai, au moment de l’attaque, il y a chez nous près de 100 000 juifs. Il y en a qui sont là depuis des temps immémoriaux et d’autres qui viennent d’arriver principalement d’Allemagne et d’Autriche après avoir fui le début des persécutions nazies. Près de 35 000 d’entre eux seront déportés, 29 000 ne reviendront jamais dont 5 000 enfants…

La reine Élisabeth : espionne ?

Jacques Noterman auteur du livre à succès « Le roi tué » rapporte l’anecdote suivante : La princesse Lilian aurait raconté cette histoire venue en droite ligne de son époux et qui relata que, alors que le prince Léopold dînait à leur villa de La Panne durant la guerre, il a voulu discuter des plans militaires avec son père…

Libre, l’assassin d’Alexandre Galopin écrivait des romans policiers

Libre, l’assassin d’Alexandre Galopin écrivait des romans policiers Le 28 février 1944, il n’est pas encore 21 h quand retentit la sonnette du 30, boulevard Saint-Michel, à Bruxelles, l’hôtel particulier où vit Alexandre Galopin, gouverneur de notre Société Générale. On demande à lui parler et lorsqu’il apparaît, il est immédiatement abattu de plusieurs coups de …

Libre, l’assassin d’Alexandre Galopin écrivait des romans policiers Lire la suite »

Retour haut de page