Histoires noires

Enfin les tueurs sont sous les verrous … ou presque !

29 octobre 1983. Des suspects sont arrêtés. Tous sont originaires de la région du Borinage, cette piste sera donc appelée la filière boraine. Longtemps, les enquêteurs seront persuadés d’avoir mis la main sur les Tueurs du Brabant. Le procureur du Roi du parquet de Nivelles, Jean Deprêtre, déclare que la motivation des Tueurs du Brabant est l’argent et que les gens qui ont agi sont des gangsters, des prédateurs.

Vielsam dans le Brabant ?

Il s’est trouvé des analystes du dossier pour établir un lien entre l’attaque de Vielsalm et les personnes apparaissant dans le dossier des Tueries du Brabant car, lors des perquisitions chez des suspects au centre de l’enquête, on ne trouva pas seulement des cartes d’état-major du Brabant wallon, leur terrain de prédilection, mais également, chose étonnante, des cartes des régions d’Anlier, Sibret, Bastogne et Marche-en-Famenne.

1913, nous sommes fin prêts pour…1870!

L’armée belge de 1914 manque d’un peu de tout. D’hommes, d’officiers, d’encadrement, de matériel, de cavalerie et nous ne disposons en tout que de 120 mitrailleuses. Une mobilisation faisant intervenir 15 classes de milice aurait dû être préparée. L’effort a été nul pendant 14 ans. On est neutres, n’est-ce pas ?

Un petit coup de main pour déporter, ça ne se refuse pas

En mai, au moment de l’attaque, il y a chez nous près de 100 000 juifs. Il y en a qui sont là depuis des temps immémoriaux et d’autres qui viennent d’arriver principalement d’Allemagne et d’Autriche après avoir fui le début des persécutions nazies. Près de 35 000 d’entre eux seront déportés, 29 000 ne reviendront jamais dont 5 000 enfants…

Retour haut de page