Tordre la queue au lion de Waterloo

La butte a été édifiée par des botteresses liégeoises à l’endroit exact où, durant la bataille, le prince héritier de Hollande a été blessé. Quant au lion, la plus grosse pièce jamais fondue jusqu’à cette occasion, il sort des ateliers Cockerill sous le régime hollandais, qui a laissé un si mauvais souvenir aux fondateurs de la Belgique indépendante. Parmi eux, Gendebien, qui suggère en 1832 de le fondre pour en faire des bombes et des boulets qui défendront notre liberté. L’histoire raconte que les troupes françaises, qui ont contribué à préserver notre indépendance, lui ont tordu la queue…

Retour haut de page