Charlotte de Belgique : mère de Weygand, un des plus grands militaires français ?

Lire aussi : Léopold II : père de Maxime Weygand, un des plus grands militaires français du XXe siècle ?

La princesse Charlotte est la fille de Léopold Ier. Elle est née le 7 juin 1840. Dans un premier lieu, son père n’est pas tout à fait comblé. Il aurait, en effet, largement préféré avoir un troisième hériter au trône. Toutefois, la jeune fille conquiert progressivement le cœur de son sévère de père. En outre, elle est très énergique, intelligente et belle.

En 1857, elle épouse Maximilien, archiduc d’Autriche. Le 3 octobre 1863, ce dernier reçoit la couronne impériale du Mexique. Ce sera un cadeau empoisonné. Leur aventure mexicaine échoue. À peine quatre ans après, l’empereur du Mexique est fusillé. Choquée par cet événement, Charlotte, fragile mentalement, plongera dans la démence. Son frère aîné, Léopold II achète avec son argent le château de Bouchout à Meise et y enferme sa sœur définitivement.

La folie de Charlotte a-t-elle été provoquée par la mort de son mari ou par des plantes mexicaines empoisonnées ? En 1867, Charlotte a 27 ans. Le psychiatre Bulkens conclut que la princesse a été empoisonnée. Le journal français Le Figaro publie un article qui développe la même thèse. Il s’agit d’une intoxication locale (mexicaine). Michel de Grèce pense également que Charlotte a été empoisonnée. Dans son livre, L’Impératrice des adieux, il parle d’un produit du nom de « toloache ».

Une autre hypothèse mise en avant est celle d’un mauvais dosage d’aphrodisiaque. Selon Jos Pauwels, Charlotte et Maximilien font connaissance, au Mexique, avec les plantes des Amérindiens. Par exemple, le « red gumbolimbo tree » ou « chacah ». « Carlota (le nom espagnol de Charlotte) expérimente l’effet de ces plantes pour apaiser la pression qui repose sur elle et pour atteindre la spiritualité », écrit Jos Pauwels dans De waanzin van Charlotte (La folie de Charlotte). La princesse fait peut-être également connaissance avec les plantes peyotl et humito. « Carlota va toujours plus loin dans sa faim d’expériences intenses. Elle va même trop loin », conclut l’auteur.

Charlotte, quant à elle, accuse son époux Maximilien. « C’est mon mari qui veut me tuer. Il m’a fait empoisonner pendant mon voyage vers le Yucatán », affirme-t-elle. Par la suite, la princesse pense que tout le monde veut l’empoisonner. Elle ne boit l’eau que des fontaines publiques. Elle est sujette à des hallucinations permanentes et, selon les médecins, elle se serait même infligé des dégâts irrémédiables au cerveau en consommant certaines plantes.

Charlotte décède le 19 janvier 1927 sans jamais avoir quitté le domaine de Meise.

La princesse et le colonel

Le 21 janvier 1867, le docteur Louis Laussédat accouche un petit garçon à Bruxelles. C’est le fils « d’un père et d’une mère dont les noms ne sont pas connus par le déclarant. » Le jeune garçon ne se fait pas baptiser. L’a-t-il déjà été ? Par exemple, directement après l’accouchement de la princesse Charlotte dans le palais Miramar ? Le jeune garçon deviendra le général français Maxime Weygand.

Maxime Weygand en octobre 1933, sur la couverture de Time.

En avril 1866, la princesse Charlotte se trouve au Mexique. Maximilien est à la chasse aux papillons. La princesse est en compagnie du colonel belge Van der Smissen, dirigeant d’un petit groupe de volontaires belges qui doivent protéger les époux. La nuit, le colonel et Charlotte partent sur un bateau. L’homme est également régulièrement reçu par la princesse. Est-il le père de Maxime ?

Le 13 juillet 1866, Charlotte entreprend un voyage vers l’Europe pour trouver de l’aide pour son projet mexicain. Le 8 août, elle atteint le port de Saint-Nazaire en France. Elle rencontre Napoléon directement après son arrivée. Malgré la chaleur, elle porte un manteau. Est-ce pour cacher son gros ventre ? À ce moment, elle doit être enceinte d’environ quatre mois. En septembre 1866, elle rencontre également le pape. En vain. « Todo es inútil. » envoie-t-elle alors à son époux au Mexique. Elle a peur d’être victime d’un empoisonnement. Veut-elle protéger le bébé qu’elle porte ?

À partir du 9 octobre, après qu’elle a dû quitter Maximilien, elle est « retenue » par la famille de son mari dans le château de Miramar à Trieste. D’après Jos Pauwels, aucune visite n’est permise. Il qualifie cet isolement d’« incompréhensible ». Seules quelques personnes avaient le droit de rendre visite à Charlotte pendant sa grossesse à Miramar. Sa femme de chambre, Amalia Ströger, par exemple. Le 2 juin 1867, on la retrouve morte : elle s’est pendue. Suicide ou meurtre ? La deuxième femme de chambre de Charlotte, Mathilde Doblinger, décède quelques semaines plus tard. Elle a été empoisonnée. Tous les témoins de la grossesse de Charlotte seront assassinés.

Selon Robert Goffin, la maison royale belge a convenu avec François-Joseph, le père de Maximilien, qu’elle s’occuperait de l’enfant après l’accouchement. « Il n’y avait qu’une seule condition », écrit Robert Goffin dans Charlotte, l’impératrice fantôme. L’enfant ne pouvait avoir aucun privilège royal et personne ne pouvait savoir qu’il s’agissait d’un enfant de Charlotte. En effet, en tant que « descendant » officiel de Maximilien, l’enfant aurait constitué une menace pour François-Joseph.

Le jeune Weygand fera rapidement carrière et deviendra le commandant en chef de l’armée française pendant la Première Guerre mondiale. Il bénéficie de la haute protection de la cour de Belgique et reçoit une rente annuelle. De nombreux signes laissent à penser que Maxime Weygand est bel et bien le fils de la princesse Charlotte et du colonel Van der Smissen. La ressemblance entre les deux hommes est frappante, à ce point qu’il est presque impossible de les confondre.

Lors d’une entrevue avec Gilbert Kirschen, Léopold III donnera ouvertement le nom du père de Maxime Weygand et, au décès de la princesse Charlotte en 1927, Maxime Weygand recevra un message lui annonçant que c’est sa « mère qui vient de mourir ». Le prince Charles, lui aussi, sait que le général est le fils de Charlotte. Il le racontera à sa biographe Louise Bricmont. Selon Charles, Maxime Weygand rendait souvent visite à sa mère au château de Bouchout. Le prince décrit ces moments comme les meilleurs de Charlotte.

Maxime Weygand est-il le fils de Charlotte et du colonel Van der Smissen ? Jos Pauwels conclut : « Selon toute vraisemblance, oui. » Seulement, l’information ne pourra jamais être confirmée. Officiellement, la princesse Charlotte, impératrice du Mexique, ne mettra jamais d’enfant au monde.

Léopold II : père de Weygand, un des plus grands militaires français du XXe siècle ?

Retour haut de page