fêtes

L'Ommegang, la grande fête folklorique bruxelloise

L’Ommegang, la grande fête folklorique bruxelloise L’Ommegang est la plus prestigieuse fête folklorique bruxelloise, annuelle, et l’une des plus anciennes. Elle consiste en un grand cortège, mi-religieux, mi-laïque, qui commémore, sur la Grand-Place, le transfert dans l’église Notre-Dame du Sablon de la Vierge dite op stoksken, transportée miraculeusement de la cathédrale d’Anvers à Bruxelles par une vieille dévote, Brabrice Soetkens, au début du XIVe siècle. Le cortège, dont la première

Le "meyboom"

Le « meiboom » Pour la Confrérie des Compagnons de Saint-Laurent, dont l’origine remonte à 1311, la Plantation du Meiboom (arbre de Mai ou arbre de Joie) daterait de 1213, année où Bruxelles remporta la victoire sur Louvain. À cette époque, les Bruxellois fréquentaient assidûment les Granges (tavernes) du Marais aux Cygnes, dont la rue du Marais perpétue encore le souvenir. Ce quartier étant alors situé extra-muros, le fisc bruxellois n’avait pas

Les chats volants d'Ypres

Les chats volants d’Ypres Dès le haut Moyen Âge, les chats ont souvent été méprisés et martyrisés. Déjà chez les Gaulois, ils étaient victimes de sacrifices rituels druidiques liés à la fécondité. Plus tard, le chat noir sera un indice de sorcellerie et sera brûlé avec sa maîtresse à l’issue des procès. On reproche en outre à ces animaux leur sexualité débridée et leur tapage nocturne en février-mars. À Ypres,

Les échasseurs de Namur

Les Echasseurs de Namur Les bourgeois de la ville de Namur se sont soulevés à plusieurs reprises contre les Dampierre, leurs souverains ; mais ceux-ci punirent chaque fois les insurgés. Suivant une légende qui remonterait au XIVe siècle, le comte de Flandre et de Namur, Jean de Flandre (1298-1330), fils de Guy de Dampierre et d’Isabelle de Luxembourg, assiégea la ville et la soumit par la famine. Il refusa le

Marie-Thérèse (1740-1780)

Marie-Thérèse (1740-1780) Reine de Hongrie et de Bohême, elle est la fille de l’empereur Charles VI, auquel elle a succédé en vertu de la Pragmatique Sanction. Elle est l’épouse du duc François III de Lorraine – qu’elle fit élire empereur du Saint-Empire en 1745, à l’issue de la guerre de Succession d’Autriche –, la mère de Joseph II, de Léopold II et de Marie-Antoinette. Alliée à la France et à