Seconde Guerre mondiale

Détruits "comme à la parade"

Détruits « comme à la parade » Spitfires belges stationnés à la RAF Kenley en 1942 10 mai 1940, une attaque-surprise ! Il est encore des livres pour l’écrire. Ceci est faux car l’attaché militaire belge à Berlin était en relation avec celui des Pays-Bas, qu’un officier opposé à Hitler avertissait de jour en jour et d’heure en heure de l’imminence de l’attaque. On savait donc parfaitement quand les Allemands

On a les plans... mais on se fera quand même avoir

On a les plans… mais on se fera quand même avoir Panzers allemands traversant les Ardennes en 1940 Le sombre personnage qui sert de chancelier à l’Allemagne met de plus en plus l’Europe et le monde sous pression avec ses délires de grandeur. Nous, bien entendu, nous sommes toujours neutres et nous avons même déployé les deux tiers de nos unités face à la France. Pas que l’on se méfie

La Belgique résistante

Ingénieux résistants dans les gares  Dans la région liégeoise, comme ailleurs, des cheminots ou travailleurs requis aux chemins de fer s’ingénient à contrarier la responsabilité des occupants. Ainsi, à la gare de Kinkempois, les forçats obligés de dégager les voies touchées par les bombardements font-ils retarder l’exécution des travaux en se présentant sans l’outillage nécessaire, en éternisant les palabres avant d’en trouver et, quand ils en sont fournis, reviennent le

« Cachez ce Degrelle que je ne saurais voir »

« Cachez ce Degrelle que je ne saurais voir » Le lundi 7 mai 1945, à 2h41 du matin, dans une école de Reims, le général Jodl signe l’acte de capitulation sans condition de l’Allemagne. Les combats prendront fin le 8 mai à 23h01. Toutes les troupes devront, dès cet instant, rester sur leurs positions. Au cours de cette nuit du 7 au 8 mai 1945, un avion Heinkel III,

L'armée belge ne fait pas dans la dentelle

Nous sommes en 1945. L’Allemagne vaincue est occupée par les troupes alliées. Parmi elles, notre armée. Une de nos compagnies de fusiliers est casernée à Lauenau, à environ dix kilomètres à l’ouest de Minden, une ville de Prusse, sur le Wezer. Elle est sous le commandement du sous-lieutenant de réserve J. V., né en 1913 et engagé volontaire depuis le 10 octobre 1944…

Des rues au nom d'un collabo

Des rues au nom d’un collabo Durant l’été 1940, ce Cyriel Verschaeve écrit déjà un opuscule au titre annonciateur de Het Uur van Vlaanderen, L’heure de la Flandre, pour la partie sud de notre pays. Dans cette prose, il explique déjà son penchant pour l’Allemagne de Hitler. Le 6 novembre 1940, sa littérature appréciée à sa juste valeur, l’administration allemande le nomme à la tête du Conseil culturel flamand. Le