Anecdote

Les superstitions en amour

Les superstitions en amour Les croyances autour de ce qu’une jeune fille devait faire pour être aimée et se marier ont eu la vie dure dans nos contrées. En 1920, on pouvait encore lire dans un « Almanach » qu’à Nivelles, une demoiselle « qui réussira à enlever d’une seule pièce la pelure d’une pomme ou d’une poire » trouvera l’homme de sa vie. Autre truc présenté comme infaillible: «

Eugène Ysaÿe : le cancre devenu virtuose

Eugène Ysaÿe : le cancre devenu virtuose En 1886, nommé professeur au Conservatoire de Bruxelles, Eugène Ysaÿe prenait une sacrée revanche sur son passé. Il jouissait déjà d’une réputation exceptionnelle ayant largement dépassé les frontières de la Belgique. Né à Liège le 16 juillet 1858, Eugène a été élevé par un père, Nicolas, chef d’orchestre du théâtre d’opérettes liégeois. Eugène avait un frère, Joseph, avec qui il passait le plus

De l'herbe pour soigner Charles Quint

De l’herbe pour soigner Charles Quint En 1532, Charles Quint était tracassé par sa santé. Une crise de goutte le fit beaucoup souffrir. Dans la foulée, il fut victime d’une chute de cheval et écrit à sa sœur, Marie de Hongrie: « J’ai la jambe si échaudée qu’elle me paraît en feu. J’ai dû me purger et garder le lit pendant cinq jours. Après une longue diète, je constate que

Beaucoup de farine pour une construction qui ne se mange pas

Beaucoup de farine pour une construction qui ne se mange pas Dans les années 1770-1780, la chevelure connut le comble de l’extravagance : elle fut extraordinairement papillotée, crêpée, frisée, enflée de crin, enduite de pommades, colorée et décolorée, aromatisée. Les coiffures féminines étaient des monuments qui pouvaient atteindre près d’un mètre de circonférence. Garnies de plumes d’autruche ou autres oiseaux, d’aigrettes, de fleurs, de gaze, de dentelles, de diamants, de

Un règlement draconien pour les cols blancs !

Un règlement draconien pour les cols blancs ! Si, à la Belle Époque, les employés en col blanc ne connaissent pas les conditions sociales misérables de la classe ouvrière, ils n’en sont pas moins soumis à des règlements disciplinaires, tel que celui-ci, dont la lecture se passe de tout commentaire : « 1. Respect de Dieu, propreté et ponctualité sont les règles d’une maison bien ordonnée. 2. Dès maintenant, le