Guillaume d’Orange

Guillaume d'Orange

Portrait de Guillaume Ier d’Orange

Le souverain a 42 ans quand les grandes puissances européennes lui octroient la couronne du nouveau Royaume des Pays-Bas. Jo Gérard en brosse le portrait suivant : « Beau ? Franchement non. Le visage plutôt rude, les cheveux plantés drus. Un pamphlétaire irrévérencieux parlera de ses poils de sanglier. De petite taille, trapu, robuste et musclé, il ne s’abandonne ni aux plaisirs de la table, car il mange vite et mal, ni à ceux de la boisson ; il ne connaît rien aux bons vins, ni même aux voluptés nocturnes car son épouse n’est pas précisément une Vénus aux appas tentants. »

Prose en forme de brosse à reluire

Le journal National est, chez nous, l’organe de Guillaume Ier. Son directeur, le pseudo-comte de Libri-Bagnano, touchera 85 000 florins en échange de sa littérature officielle. Parmi ses flagorneries, relevons : « Ce grand monarque, Jupiter de l’Industrie, Mercure du Commerce, père des princes qui sont autant d’Apollons… »