Combien de victimes belges par souci d'économie ?

Combien de victimes belges par souci d’économie ? Soldat belge au front en 1918 Selon le plan von Schlieffen, la guerre contre la France devait être gagnée en six semaines. Cela supposait une occupation très rapide de Liège, un nœud ferroviaire important. L’énorme machine allemande doit pour s’ébranler dans un mouvement synchronisé faire en sorte que les « soldats de chocolat » belges soient avalés le plus rapidement possible. La

Détruits "comme à la parade"

Détruits « comme à la parade » Spitfires belges stationnés à la RAF Kenley en 1942 10 mai 1940, une attaque-surprise ! Il est encore des livres pour l’écrire. Ceci est faux car l’attaché militaire belge à Berlin était en relation avec celui des Pays-Bas, qu’un officier opposé à Hitler avertissait de jour en jour et d’heure en heure de l’imminence de l’attaque. On savait donc parfaitement quand les Allemands

Le mystère des quatre tombes

Un grand crucifix domine la Kesterheide. Jusqu’en 1914, une procession s’y rendait le premier dimanche de mai. La colline de Kester est l’un des points culminants du Brabant flamand. Un chemin peu fréquenté nous conduit vers de hautes clôtures qui semblent protéger des bâtiments militaires. Ici, en 1943, fut inhumé le lieder du V.N.V. (Vlaams National Verbond) Staf De Clercq. Du mausolée, il ne reste qu’une large plaque de béton

Une pyramide sous terre à Saventhem

Au printemps de l’an de grâce 1517, le maître des Comptes du duché de Brabant arpentait un lot de terre qu’il venait d’acquérir quand il fut intrigué par une butte considérable, visible de très loin. Elle était aussi haute qu’un cloché d’église rurale et cinq chênes séculaires la couronnaient. Ce tertre l’étonna d’autant plus que nul paysan des environs ne put lui fournir d’explication valable sur son origine sinon que

On a les plans... mais on se fera quand même avoir

On a les plans… mais on se fera quand même avoir Panzers allemands traversant les Ardennes en 1940 Le sombre personnage qui sert de chancelier à l’Allemagne met de plus en plus l’Europe et le monde sous pression avec ses délires de grandeur. Nous, bien entendu, nous sommes toujours neutres et nous avons même déployé les deux tiers de nos unités face à la France. Pas que l’on se méfie

De l'intérêt du cours d'Histoire... et de se tenir informé

De l’intérêt du cours d’Histoire… et de se tenir informé Rapidement, Léopold ne s’est pas fait d’illusion sur les capacités de ses hommes à repousser l’ennemi. De plus, il sait que l’armée française va mal et il pense qu’elle sera bientôt battue elle aussi. Une victoire anglaise est peut-être possible mais à très long terme. Il ne peut, selon lui, ni continuer à lutter, sous peine de se faire totalement

Cinq anecdotes bourrues de Belgique

Il perd ses tartines, la bouche ouverte Pendant la nuit de samedi à dimanche, le sieur H.C., ouvrier à la Vieille Montagne, se rendait à sa besogne vers 3 h 30 du matin. Il passait sous le viaduc du chemin à Chênée, rue de la Station, lorsque deux vauriens le saisirent, le terrassèrent, lui emplirent de terre la bouche et lui volèrent ses tartines. La police locale les cherche activement.

Les ballets roses de l’« affaire Pinon »

En 1979, les « ballets roses » vont faire leur entrée dans l’Histoire de la Belgique pour ne plus vraiment la quitter. Pour rappel, cette expression de « ballets roses » a été inventée vingt ans plus tôt par le journaliste Georges Gherra de France-Soir à l’occasion d’une affaire française, pour désigner des orgies sexuelles organisées par des adultes aux dépens de jeunes filles…