Mathilde

Trois anecdotes sombres du Namurois

Trois anecdotes sombres du Namurois Une histoire à briser le coeur Beaucoup de légendes reposent sur un fond de vérité, telle celle qui suit, peut-être… Au XIe siècle, le comte de Namur Godefroid a fait construire un château fort à Bouvignes, sur la rive gauche de la Meuse, non loin de Namur. En 1320, Marie d’Artois, fille du comte Jean Ier, décide d’ajouter un donjon sur un rocher à proximité

Cinq anecdotes du Pays de Liège

Cinq anecdotes du Pays de Liège Alexandre Dumas et les oeufs à la coque Alexandre Dumas est venu à Liège en 1838 et, selon son affirmation, il est descendu à l’hôtel d’Albion, qui devait correspondre soit à l’hôtel du Pavillon anglais, place Saint-Lambert, soit à l’hôtel d’Angleterre, rue des Dominicains. Il demanda à manger, tant il avait « grand faim ». Croyant par cette expression qu’il était flamand, la serveuse

Cinq anecdotes bourrues de Belgique

Il perd ses tartines, la bouche ouverte Pendant la nuit de samedi à dimanche, le sieur H.C., ouvrier à la Vieille Montagne, se rendait à sa besogne vers 3 h 30 du matin. Il passait sous le viaduc du chemin à Chênée, rue de la Station, lorsque deux vauriens le saisirent, le terrassèrent, lui emplirent de terre la bouche et lui volèrent ses tartines. La police locale les cherche activement.

Remèdes de grand-mère à ne surtout pas suivre !

Remèdes de grand-mère à ne surtout pas suivre ! Voici quelques véritables « remèdes de bonne femme » des XIXe et XXe siècles, à ne surtout pas mettre en pratique.  Pour guérir d’un rhume – Conserver dans la bouche une rasade d’eau froide et s’asseoir sur un feu doux. Quand l’eau de la bouche est sur le point de bouillir, on est guéri, y compris des névralgies et de la migraine qui

Des tours pour déposer les enfants abandonnés...

Des tours pour déposer les enfants abandonnés… Au XIXe siècle, de nombreuses familles se trouvaient dans un dénuement si extrême qu’elles étaient incapables d’élever leurs enfants et abandonnaient leurs nouveau-nés, le plus souvent devant les portails ou dans des porches d’églises, où les courants d’air réduisaient d’autant plus leur espérance de vie. En 1805, la Ville de Bruxelles en secourut 3 000, soit 85 % des enfants abandonnés dans le

Retour sur l'expo de 58 : Belgique Joyeuse, symbole du sens de la fête

Retour sur l’expo de 58 : Belgique Joyeuse, symbole du sens de la fête En 2008, on a commémoré le 50 e anniversaire de l’Expo universelle de Bruxelles 1958, événement qui avait attiré 42 millions de visiteurs. À l’occasion de cet anniversaire, on a édifié un Palais du Bonheur, constitué de milliers de casiers de bière, au pied de l’Atomium, le monument phare de la Belgique. Celui-ci représente une molécule

Les bières bruxelloises

Les bières bruxelloises Bruxelles a toujours été une ville aux bières multiples. Le lambic en constitue la base. Les plus célèbres sont la gueuze, le faro et la kriek, dont l’ancêtre bruxellois est la  » waghebaert « , une bière blanche. Le lambic Ce nom dériverait d’alambic, car – raconte-t-on – les paysans bruxellois avaient à l’origine trouvé cette boisson si grisante qu’ils la croyaient obtenue par distillation. En 1883, un

1886 : la Belgique secouée par l'insurrection ouvrière

1886 : la Belgique secouée par l’insurrection ouvrière En 1886, la Belgique vivra les heures les plus graves de son histoire depuis 1830. On va en parler dans toute l’Europe. Peu avant cette année, le Liégeois Emile de Laveleye, pourtant libéral, fut l’un des rares hommes politiques clairvoyants : « Le régime actuel n’est pas juste ; si les classes aisées en étaient convaincues, les réformes préviendraient les révolutions… »

Métiers d'antan

Métiers d’antan Les porteurs aux sacs à Huy Sous l’Ancien Régime, aucun chef de famille ne pouvait pratiquer de fonction lucrative, ni disposer de droits civils et politiques, s’il n’était inscrit à un métier. Liège comptait 32 corporations, Huy 11. Autour du métier principal se rassemblaient toutes les professions ayant avec lui quelque analogie. On les appelait « membres » à Liège et « quarts » à Huy. C’est ainsi

Beaucoup de farine pour une construction qui ne se mange pas

Beaucoup de farine pour une construction qui ne se mange pas Dans les années 1770-1780, la chevelure connut le comble de l’extravagance : elle fut extraordinairement papillotée, crêpée, frisée, enflée de crin, enduite de pommades, colorée et décolorée, aromatisée. Les coiffures féminines étaient des monuments qui pouvaient atteindre près d’un mètre de circonférence. Garnies de plumes d’autruche ou autres oiseaux, d’aigrettes, de fleurs, de gaze, de dentelles, de diamants, de